Si les startups de mode pouvaient rêver

Quels sont les rêves technologiques d’une startup de vêtements sur mesure ? Pour Cindy Lebriez, créatrice du projet Bouton Noir chez Auchan, investir dans les outils de production dernier cri va de soi. Pour faire vivre ces technologies les unes avec les autres, la clé réside dans les algorithmes.

boutonmoir.jpgCindy, quels rêves technologiques ou d'usine idéale nourrissez-vous ?

J’en ai quatre milliards !

Chez Bouton Noir, nous avons d’emblée automatisé tout ce qui peut l’être, de la prise de mesure à la découpe de tissu. Seule la couture nous résiste, car les machines n’ont pas évolué depuis plus de 30 ans. Pour le reste, des technologies performantes existent déjà, mais isolément. Lorsque j’ai créé notre chaîne de production, la magie est venue des algorithmes, qui lient chacune des étapes entre elles.

Un premier rêve serait d’aller vers plus de standardisation. Je viens de l’industrie alimentaire, qui est extrêmement standardisée. Dans la mode, j’ai découvert par exemple que chaque fournisseur avait une prise de mesure différente selon le pays ou l’école qui a formé ses équipes ! Le manque de standardisation nécessite de développer des algorithmes spécifiques entre notre Bodyscan et chaque fournisseur.

 

Quelle est l’importance du développement durable dans votre positionnement ?

Il est central. Souvent, les innovations partent d’une contrainte initiale : dans le cas de Bouton Noir, les petits volumes rendaient prohibitif le coût de transport des rouleaux de tissu ou des vêtements confectionnés en Afrique du Nord.

La solution, créer une chaîne de production derrière la boutique, s’avère à la fois économique et écologique. Les coûts de transport sont réduits à leur minimum, ce qui me permet d’acheter des tissus haut de gamme, de très haute qualité et notamment issus du recyclage de matière textiles. J’utilise même du jean fabriqué à partir d’orties !

Les délais fondent également, puisque je vais pouvoir livrer un jean sur-mesure en une heure, et non plus un mois. Dernier argument commercial : le Made in France. En investissant massivement dans la technologie, le Made in France reste non seulement beau et créatif,mais devient également compétitif.