L’attrait du créateur : Mode et technologie

Amsterdam Fashion Institute

Très prometteur, le créateur de vêtements pour homme Sebastian Pleus, installé à Amsterdam et récemment diplômé de l’Amsterdam Fashion Institute (AMFI), tire son inspiration créatrice de l’attirance physique et de la sexualité. Lauréat de l’AMFI Lectra Award de 2013 pour sa collection intitulée 3D Hypercraft, Sebastian s’intéresse particulièrement aux logiciels de prototypage virtuel en 3D.
  • Light Prospector – Crédit photo Yalda Bagher

Au cours de ses études, Sebastian a multiplié les expériences : stage chez McQ by Alexander McQueen à Londres, création d’un chapeau pour le ministre néerlandais de l’éducation et collaboration avec une petite équipe très connue d’ambassadeurs italiens du denim : Diesel, Candiani et Martelli. Avec, en point d’orgue, une participation au concours de stylisme de l’AMFI.
Actuellement modéliste et spécialiste en gradation chez une marque conceptuelle allemande, SIMON&ME, Sebastian prévoit également de travailler pour le collectif saisonnier de créateurs MOAM.

 

article_ut_designerattraction_image-1.jpg

Light Prospector 3D – Sebastian Pleus

 

Il nous raconte comment et pourquoi il a choisi de travailler dans le secteur de la mode tel qu’il est aujourd’hui :

La décision de travailler dans la mode…

J’étais un enfant créatif et j’adorais dessiner. Le travail artisanal a toujours fait partie de moi. Un jour, je me suis intéressé à la machine à coudre de ma mère. J’ai alors commencé à coudre des choses simples. Avec le temps, mes projets ont gagné en complexité. J’ai décidé de voir si je pouvais faire carrière dans ce secteur et d’entreprendre des études dans ce domaine... à condition de trouver une école qui m’accepterait. 

Ses principales sources d’inspiration…

Même si ça peut sembler très basique, je m’intéresse toujours beaucoup à l’attirance et à la sexualité. Nous nous habillons de façon à exprimer quelque chose et à attirer le regard des autres, mais pas de n’importe qui. C’est pourquoi nous avons tous des goûts qui nous sont très personnels. Selon moi, c’est sur ce comportement que repose l’essentiel de mon inspiration. Mais bien sûr ce n’est pas tout. Je me sens vraiment inspiré lorsque je découvre une nouvelle technique, quelque chose que mes mains n’ont encore jamais fait et alors j’essaie. L’association de ces sources d’inspiration à des recherches sur les vêtements traditionnels m’a permis de créer de magnifiques modèles. Mon inspiration est toujours l’expression d’un moment particulier. 

 

article_ut_designerattraction_image-3.jpg

Light Prospector illustration – Sebastian Pleus

 

Les meilleurs conseils glanés à l’AMFI…

Avoir confiance et croire en soi. Le fait d’être confronté à des difficultés ne signifie pas que vous n’êtes pas capable mais que vous êtes en train d’apprendre. 

Les meilleurs conseils glanés chez McQ…

Le travail dans la mode ne consiste pas uniquement à créer des vêtements mais aussi à adopter un style de vie, très semblable à la vie de famille.

 

article_ut_designerattraction_image-2.jpg

Sebastian Pleus

 

L’utilisation de la technologie dans le stylisme...

J’ai l’impression que le rythme de la mode s’accélère constamment et à tous les niveaux. La technologie peut faciliter l’optimisation de la gestion des tâches et les modifications apportées aux vêtements. L’échantillonnage est toujours nécessaire car, dans la mode, on adore pouvoir toucher la matière. Même si, d’après moi, la quantité d’échantillonnages pourrait être encore considérablement réduite. J’utilise le prototypage virtuel en 3D pour les essayages car j’aime pouvoir visualiser instantanément le résultat. La 3D a une influence sur mon processus créatif car, une fois l’idée initiale trouvée, j’essaie des choses : essayage et modification, essayage et modification... parfois, cela peut aboutir à un résultat totalement différent de ce que j’avais imaginé au début. 

L’interaction entre la mode et la technologie…

La technologie sert généralement d’outil pour la création de mode et participe toujours à la production et à l’innovation du produit. Malheureusement, dès que la production est terminée, les vêtements ne sont que des vêtements, souvent bien moins intelligents ou interactifs que la technologie qui a permis de les créer. Je pense que cela va changer dans le futur.

L’avenir de la mode...

Je pense que les interactions entre la technologie et les vêtements prennent une importance croissante. Un jour, les vêtements seront intelligents et nous faciliteront la vie. La 3D virtuelle nous permettra de développer plus rapidement les collections. Ici le mot-clé est « efficience » ! L’efficience est synonyme de développement durable, une notion qui devient essentielle dans notre quotidien.
Je pense que la mode va connaître de profonds changements à l’avenir. Mais je suis incapable de dire si cela signifiera que nous serons plus ou moins créatifs qu’avant, ou si la création deviendra totalement différente de ce que nous connaissons actuellement !

 

 

  • Light Prospector – Crédit photo Team PETER STIGTER
  • Light Prospector – Crédit photo Team PETER STIGTER
  • XOXO © Sebastian Pleus
  • XOXO © Sebastian Pleus